Fabe - Détournement de Son...

Pour son troisième album, monsieur Fabrice a choisit de faire encore plus explicite, encore plus révolté, il est la voix du peuple qui est à bout, il est la révolution. Et pour coller un son à ce style plus peaufiné et travaillé que jamais il a choisit l’école Double H et son pote Cut Killer. Comme armée il a choisit la SCRED Connexion, et comme surnom « l’impertinent ». Et c’est vrai que c’en est un, il dit la vérité, rien que la vérité et toujours avec classe et originalité.

On commence tout de suite, après l’intro de Cut plutôt sympa, avec le premier titre du même nom que l’album. Il nous y explique en gros son but dans le hip hop et nous invite à le suivre, briquet allumé, pour ce « Détournement de son ». Ses potes le rejoignent ensuite sur « Ca ou rien », un morceau qui résume bien la fatalité et le peu de choix dont disposent les jeunes d’aujourd’hui, en cité ou ailleurs. Entre le rap, la boxe et la drogue, y’a pas photo ! Malheureusement, tous ne peuvent pas réussir et il y a forcément des mauvais chemins empruntés. Cut Killer réalise un instru un peu plus calme pour « Au fond d’nos cœurs » qui est un constat peu glorifiant de notre époque.

Vient « Quoi qu’t’en dises… » qui permet à Cutee B de placer un instru qui n’endort pas. « Y’en a qu’attendent que le temps passe, que les traces s’effacent, hélas elles prennent beaucoup trop d’place. » Du même producteur, « Classique » est tout autant secouant voir même frappant. Le texte est limite égotrip mais le résultat sonne plutôt bien. Sur un air de piano et un beat de Medhi assez rapide, Befa lâche son texte le plus long. Il y parle une fois de plus des drames de nos jours : « J’te parle d’indifférence et de budgets, de faux projets, de lois abrogées, de corps allongés en sang t’entends c’est indécent personne ne veut bouger ! ». Dans « La tête haute tenue » signé Ivan, il explique qu’il ne va pas se laisser faire et appel à l’insoumission.

C’est son pote de toujours qui le rejoint sur « Tu peux pas t’tromper » qui raconte cette forte amitié indestructible qui s’est instauré entre nos deux lascars depuis le départ : « Fabe, Koma, c’est l’un ou l’autre tu peux pas t’tromper. En place, s’emparent des masses le flou peut s’estomper ! ». Produit par Wood Willey, ce très bon morceau parle des trahisons, de l’amitié, et des bandes qui ne sont parfois qu’illusion. C’est en écoutant « L’impertinent » que l’on comprend mieux le combat que mène Fabe. Persévérer, toujours et encore : « Ma façon d’envisager le rap est élémentaire, par contre quand j’ai fini mon couplet c’est sans commentaires ! ». Il y attaque aussi le F-Haine avec cette phrase désormais célèbre dans le milieu : « Si Jean-Marie courrait aussi vite que j’l’emmerde, il serait tellement loin… ».

« Aujourd’hui », produit par Ivan est composé d’un seul couplet, assez long en fait. « Parti à 10 contre 1, tu en rencontres un comme toi, genre moi, jure-moi qu’un gars du coin c’est pas sacré. ». C’est la très forte Lauréa et son collègue Céar du groupe 1 Bario 5 S’Pry qui accompagnent Fabe pour un « Exercice de style », plutôt meurtrier. Les trois MC’s lâchent d’excellents couplets sur un instru signé Rody, leur DJ. Fabe se veut « Visionnaire » sur un son de Logilo. « Tu veux les avantages du quartiers, t’auras les inconvénients. Ta cité c’est pas ta mère et si tu crèves elle aura d’autres enfants ! ». Suivent « Superstar, superhéros » et « Le soir… » deux morceaux assez différents mais plutôt bons.

« Correspondance » est une chanson vraiment excellente. Al s’y plaint une fois de plus de sa difficulté d’être dans le mouvement, si loin de la capitale. La difficulté pour lui d’avoir des sons est réelle mais il travaille avec acharnement. « Ne brusquons pas les choses, ça veut dire quoi ça ? Est-ce que les choses se gênent pour me brusquer moi ? » Le texte est en fait une lettre de Al à Fabe. Ce dernier lui répond dans son couplet où il raconte ses débuts, de ses petits boulots comme à la poste ou dans des bars jusqu’à la réussite. Il explique qu’il faut passer par là et noter « chaque idée qui traîne sur un papier volant ». « Comme un rat dans l’coin… » est lui aussi un morceau parfait. L’instru de Wood Willey colle parfaitement au texte, écrit comme une lettre destiné à Fabe, qui parle de l’angoisse que peuvent ressentir certaines personnes dans notre monde.

« Code noir » invite un MC arabe, Rachid, et deux chanteurs créoles, Neg’Lyrical et Neg’Madnik. Ils y racontent l’exploitation des peuples "inférieurs", de l’esclavage et des crimes contre l’humanité. Ce morceau est assez bon. Enfin, le dernier, qui est une vrai bombe est « Quand j’serai grand… ». On garde le meilleur pour la fin donc, puisque le son est signé Stofkry, celui qui est avec lui depuis le début. Le texte est excellent et se rapproche un peu de « Si tu rêve de la métropole » (« Le Fond Et La Forme »). Il y parle de l’envie d’habiter ailleurs, c’est à dire, retourner au pays pendant l’été, ou pour toujours. « J’ai pas changé d’numéro de département, seulement d’appartement… ».

Pour conclure, Fabe réalise ici le meilleur album de sa carrière mais attention au prochain, prévu pour mai 2000 ! Arrivera-t-il à faire mieux, nul n’en doute mais la performance avec celui ci est telle que l’on se dit qu’il va y avoir du boulot ! Non, sans rire, c’est un album très original et extrêmement varié, du fait de la diversité de producteurs. En effet, il n’y a pas plus de trois intrus par DJ, et ce ne sont pas n’importe qui ; Cut Killer, Cutee B, Medhi, Ivan pour ne citer que les plus connus. En plus Fabe est vraiment très fort dans ses textes et étonne par sa lucidité et sa forte personnalité.
 
 
 

[Bongo]
Ma note : 9.2/10
Intro 01 10 L'Impertinent
Détournement de son 02 11 Aujourd'hui
 Ça ou rien (feat. la Scred Connexion) 03 12 Exercice de style (feat. 1 Bario 5 S'Pry)
Au fond de nos coeurs 04 13 Visionnaire
Quoi qu't'en dises 05 14 Superstars' Superhérosl
Classique 06 15 Le soir
Nuage sans fin 07 16 Correspondance (feat. AL)
La tête haute tenue 08 17 Comme un rat dans l'coin
Tu peux pas te tromper (feat. Koma) 09 18 Code Noir
19 Quand j'serais grand