Oxmo, Demon One, A.P. (113), Mamad et Dry

La sortie du premier album de Intouchable au mois de juin 2000 a été l'occasion pour nous de retrouver Dry à Joinville dans la banlieue parisienne pour qu'il nous raconte la conception de 'Les Points Sur Les I'. Egalement présent ce jour-là, Karlito a par la suite répondu à quelques questions concernant la préparation de son premier album...

Site Web : www.intouchable.net


Pour commencer, présente nous le groupe.

Dry : Intouchable c’est Mamad, Démon et DRY. Le groupe existe depuis au moins huit ans, mais moi disons je rappe pas depuis huit ans. Avant, on suivait le hip-hop, il y avait la danse, t’a vu, et Démon qui rappait mais n’avait pas de groupe… donc on suivait le hip-hop comme tout le monde.

Ok, et vous faites partie de la Mafia K’1 Fry depuis le début ?

Dry : Non, avant il y avait l’Union, ce qu’on appelle aujourd’hui la Mafia K’1 Fry. Il y avait 113, Idéal J, Intouchable, et c’est juste par la suite qu’on s’est appelé la Mafia K’1 Fry… un peu plus tard.

Est-ce que tu penses que c’est un atout d’en faire partie ?

Dry : Non je crois pas… maintenant on fait ce qu’on fait, les autres ils font ce qu’ils font, t’a vu. Il s’est avéré qu’on en fait partie, on rap d’une certaine manière… je sais pas si c’est un plus mais bon, non, c’est qu’on fait les choses bien, c’est tout !

Parlons de votre premier album – 'Les Points Sur les I'. Peux-tu nous présenter les invités que vous avez choisi?

Dry : T’as vu, il y a des gens dans la Mafia K’1 Fry qui sont pas trop connus, qui n’ont pas sorti d’albums, donc ça veut dire qu’il faut essayer de faire profiter ces gens là… Il y a Karlito, OGB… ils ont été réalisateurs de l’album, ce qui est une bonne chose puisque ça veut dire qu’on a pas besoin de ramener quelqu’un de l’extérieur pour faire un album, qui est correct… Maintenant les featurings, bin voilà il y a Jessy Money, Papou, Céline du 94, Rak. Tous ces gens là on les connaît sans les connaître, ce serait bien que le public sache un peu qui c’est donc faut les faire poser sur des albums. Donc on a pas besoin d’autres gens pour un premier album, faut essayer de montrer ce qu’on sait faire nous mêmes. On a juste fait appel à des amis de Marseille, mais bon, c’est la famille, c’est pas pareil t’a vu.

Qui s’est chargé de la production ?

Dry : Il y a Delta d’Expression Direkt qui a fait des sons très bien. Sinon c’est Dj Mehdi et c’est des gens encore qu’on connaît pas comme John, Jean-Jacques, José… des gens qui sont pas très connus mais qui ont fait des sons corrects.

Parle nous de la relève, les Sales Mômes?

Dry : Bein t’as vu, c’est la famille encore une fois… Non parce qu’à la base on connaît leur grand frère, on les connaît pas du rap mais parce que c’est des gens biens, et bon il s’est avéré qu’on a entendu son petit frère qui rappait, il rappe très bien avec son ami, donc on a kiffé, on s’est dit que ce serait bien qu’ils fassent un truc dans l’album ou qu’on fasse un truc avec eux, t’a vu. Arrivé en studio, on les a vu comment ils ont posé, on les a laissé, ils ont fait un petit morceau, nous on a juste fait des backs… très bien, donc c’est la famille.

Et vos premières apparitions discographiques.

Dry : 'Les Points Sur Les I' c’était le premier maxi mais on l’a fait après avoir posé sur l’album d’Idéal J, celui de Manu Key ainsi que « Mafia K’1 Fry Légendaire », une compile qui est sortie il y a quelques années. Après ça on a fait "Les Points Sur Les I" le maxi avec "Intouchable Click" dedans. Il fallait au moins ça pour faire des démarches parce qu’à la base on avait rien, comparé à d’autres groupes de la Mafia K’1 Fry donc fallait au moins avoir un maxi pour savoir où on allait, prouver aux gens qu’on pouvait au moins faire quelque chose, parce qu’au début personne voulait nous sortir ou nous aider à faire un maxi, tu vois ce que je veux dire ?

Combien d’exemplaires du maxi ont circulé ?

Dry : C’était un maxi inédit, donc on en a tiré 700-800 quelque chose comme ça, et on les a vendu, en en donnant une petite partie, 100-150, donc ça veut dire qu’on s’est fait une petite promotion, histoire d’avoir un maxi. Mais bon c’était pas un but lucratif, c’était pour dire qu’on a un maxi, qu’il y a un groupe qui s’appelle Intouchable qui est là, et qui fait du rap comme ça…

Et l’album, il est venu à quel moment ?

Dry : L’année d’après, on a enchaîné l’album. Même pas, on a maquetté, et on a commencé à chercher un plan pour sortir mais bon ils te font toujours galérer ces gens là. Ca veut dire, on a attendu, attendu, après on a fait en auto-prod puis on a signé en licence chez Next Music.

Et sinon, il se vend bien ?

Dry : Je suis pas trop au courant (Rires) … Non, c’est pas que je suis pas au courant mais je demande pas trop, t’a vu, on attend un petit peu la rentrée, on va essayer d’arriver avec un clip, on espère, on fait la promo et puis il y aura sûrement la tournée avec 113, tournée des Zénith si tout se passe bien, comme ça on va la faire avec eux, on aura un peu plus de présence que dans la première tournée où on faisait qu’un seul morceau…

Côté scène, vous avez beaucoup d’expérience ?

Dry : Ouais, c’est pas qu’on a beaucoup d’expérience mais on en a fait beaucoup quand même ! On a fait la tournée Idéal J entière, 113 également… Bon, on a fait aussi nos petits concerts à nous, par ci par là depuis longtemps, dans nos quartiers on a toujours fait des concerts. Donc ça veut dire qu’on a quand même une certaine expérience de ça. On a fait des grosses et des petites scènes… mais sans que ce soit forcément les notre, on les a faite quand même.

Concernant la suite, vous avez prévu quoi ?

Dry : Les prochaines sorties, les prochains projets… Il y aura la tournée 113 comme je viens de te dire, des Zénith je pense, l’année prochaine. Il y aura sûrement une cassette vidéo 113 aussi, j’espère qu’elle sera bien… Pour l’instant, il y a l’album à Karlito qui va bientôt sortir, celui de Manu Key qui est prévu pour la rentrée, OGB qui prépare une compilation, pas son album encore et enfin celui de Kery James… voilà, il y a tout ça qui va sortir !

J’imagine qu’on peut aussi vous entendre sur des mixtapes en ce moment ?

Dry : Oh oui il y en a beaucoup des mixtapes, je vais pas toutes te les citer mais bon on a fait des trucs sur des compilations qui sont pas encore sortie… on a travaillé, Intouchable, et peut être qu’on va préparer un six titres pour la rentrée, on aimerait bien… Un six titres en collaboration avec Karlito encore une fois, sûrement OGB. Il y aura deux inédits Intouchable et peut-être quatre morceaux solos, un de Démon, un de Karlito, un d’OGB et un de moi… Enfin voilà !

Dans "Il est bien temps", vous dîtes "Depuis tout petit sur la musique on a misé", peux-tu nous expliquer ?

Dry : Ouais, tu vois, depuis tout petit on a toujours écouté de la musique, moi franchement j’ai toujours kiffé le rap, depuis que j’ai connu le rap, j’ai pas lâché, j’aime beaucoup ça, mais bon j’aime aussi d’autres choses. Etant gamins, c’est pas qu’on se disait qu’on allait faire de la musique, personnellement… peut-être mes potes oui mais moi, voilà, j’y pensais pas trop, j’allais à l’école, tout ça, j’aimais bien, c’est pour ça que je rappais pas avec eux. Au début j’étais là, ensuite j’ai commencé à être back, et là j’étais un peu plus dans toutes les ambiances, tout ça, avec tous mes potes, c’est vraiment là que j’ai commencé a m’y mettre. Mais les autres, quand même… Démon, je pense qu’il savait qu’il allait être rappeur parce que lui vraiment, depuis jeune, en même temps que Kery James, Jessy Money, tout ça…

Et vous avez quel âge ?

Dry : Moi j’ai eu mes 23 ans au mois de mars, Démon a eu ses 25 ans et Mamad il va bientôt avoir ses 24, c’est moi le plus petit (Rires).

Comment avez vous choisi les thèmes de cet album ?

Dry : On a fait "Les Points Sur Les I" pour montrer notre position par rapport au rap français t’a vu et puis "Intouchable Click" c’était histoire de faire un morceau bien speed avec des petites rimes rigolotes… mais bon bref, les thèmes qu’on a choisi, on en avait déjà parlé avant, et après on avait juste à choisir les musiques, on écrit chacun de notre coté mais en se concertant toujours…

Et ça vous arrivait d’écrire en studio ?

Dry : Euh, des fois ça arrive mais bon en général on a notre truc préparé à l’avance. Ca arrive qu’on écrive en studio, par exemple pour une compile tu vois, t’arrive, t’a pas préparé… moi ça m’est déjà arrivé. Maintenant mon pote Démon il a 10000 textes de ressource, donc lui il arrive en studio, il pose direct et il s’en va ! (Rires). Mais bon en général, quand on écrit, on se concerte quand même  pour pas que l’un écrive quelque chose et l’autre dise quelque chose qui n’a rien à voir.

Est-ce que vous vous auto critiquez ?

Dry : Oui bien sur, ça arrive… Si mon collègue, Mamad, dit quelque chose qui est pas bon ou s’il pense que j’ai dit quelque chose qui est pas bon, il se gène pas pour me le dire, bien au contraire ! Tu vois, que ce soit Karlito ou même OGB, ça peut être que bénéfique pour nous, vaut mieux travailler tous ensemble que vouloir en faire qu’à sa tête… et ça donne pas ce que tu croyais à la fin. Nous, on la fait ensemble, on savait pas que ça allait donner ça, bein on en est fier aujourd’hui.

Et pour l’album, vous avez écrit tous les morceaux en fonction des instrus ?

D : Non, pas tous les morceaux ont été inscrits par rapport aux instrus, au début il y avait des thèmes qu’on avait déjà, on avait déjà écrit des petits trucs et après en cherchant les intrus, c’est à dire en entrant au studio, on a fait un tri pour les intrus car il y en avait beaucoup qui nous plaisaient, puis on a fait encore un tri pour les morceaux et encore un tri pour l’intro, et compagnie… Il y a certains morceaux qu’on a rajouté à la fin, qu’on avait pas écrit, donc il a fallu qu’on écrive en studio, comme le titre « Champion » puisqu’on a eu la musique après, pendant qu’on était en studio.

Il y a beaucoup de morceaux égotrip dans l’album, vous aimez bien ça ?

Ouais on aime bien mais bon, il faut pas faire que ça ! Ca peut pas être un album si on fait que des morceaux égotrip, même si on aime bien ça, on a quand même fait des thèmes, on a montré qu’on savait parler, qu’on pensait à des choses, qu’il nous arrivait des choses, qu’on a des sentiments mine de rien, tu vois, un peu tout ça… Donc en faisant de l’égotrip, tu sais pas trop comment tu va faire pour dire tout ça mais bon… (Rires) c’est pour ça qu’on a mélangé un peu les deux.

A ce moment là, Karlito est arrivé. L’occasion de lui poser quelques questions improvisées…

Karlito, quels sont tes projets ?

Karlito : L’album avant l’an 2001, Inch Allah (rires) avec Dj Medhi à la production, comme invités il y aura Rohff, AP du 113, Manu Key, Intouchable, Rim-K, faut qu’on fasse un morceau. Je fais huit morceaux solos plus les featurings.

Les featurings c’est quelque chose d’important ?

Karlito : Au fur et à mesure que tu fais des featurings, ça te donne une autre vision, tu vois ce que je veux dire ? Chaque fois tu as une nouvelle vision, tu vois un petit peu mieux, ça t’enrichit. Après tu vois un petit peu ce que tu dois faire…

Quels sont les thèmes que tu y abordera ?

Karlito : Les thèmes… cet album il va être très positif, c’est l’an 2000 maintenant, et il faut changer un peu, tu vois ? Faut aller de l’avant, parce qu’en vrai le monde il est à nous tous, on peut faire des choses si on veut. T’a écouté "Les Princes De La Ville", c’est la même chose... c’est comme pour Intouchable, malgré la rue, le ghetto, faut quand même penser plus haut, tu vois ce que je veux dire, faut penser à s’en sortir, t’a pas 15 ans toute ta vie, à partir du moment où tu rentres dans la tranche 20-30 ans, à 30 ans il faut que tu sois quelqu’un, et dans le ghetto on l’oublie un peu des fois. Tu vois ce que je veux dire? Et le message c’est ça : il faut avancer, on est des gens comme tout le monde, si on veut on pourra faire des choses.

Tu as aussi sorti un maxi qui s'appelle "Kif kif mec"?

Karlito : Ouais, il est sortit il y a un an en indépendant chez ChronoWax. Il n’y a eu que mille exemplaires donc faut être étonné si il n’y a pas beaucoup de gens qui l’ont… Et normalement les deux titres vont ressortir sur l’album, Inch Allah !

Dry et Karlito, le mot de la fin...

Dry : Le mot de la fin c’est qu’on remercie tous les auditeurs de la planète ! (Rires) Maintenant on parle à la planète… Tous ceux qui ont acheté l’album, tous ceux qui soutiennent, la Mafia K’1 Fry… On espère qu’aussi un jour on pourra les rencontrer. Aujourd’hui on en a rencontré, on espère qu’on va se revoir… En tous cas voilà, merci à tous ceux qui nous soutiennent, j’espère qu’on viendra vous voir chez vous, que ce soit en concert en France ou à l’étranger, j’espère qu’on se reverra, pépère… Big dédicace à tous mes potos, c’est à dire : mon pote Demon One, il est pas là, mon pote Mamad, mon pote Issa, Rohff, Karlito qui est là et qui va faire ses dédicaces après, mon poto Ali, Karim, Yohan, Mokobé, Jessy Money, Moumoud, Abdallah, Karim du 94, Selim du 94, toute la Mafia K’1 Fry… Encore une fois mon pote Issa, mon pote Rocco, celui là il faudra pas l’oublier… Mon pote Las Montana et à tous ceux qui nous soutiennent encore une fois !… Et je vais passer la main à mon pote Karlito...

Karlito : Pour Laurent et Erik, les internautes! Dédicace à Marseille...

Dry : J’ai oublié de dédicacer ma cité Orly-Les-Saules, Jacques-Quartier, Orly-Choisy-Vitry, 94, 93, 92, 95, tous les potos…

Propos recueillis par Bongo et Equi
Photo: Bongo
Juillet 2000