Booba – Rohff : 1 – 0 ?
janvier 28, 2017 (No Comments) by Blvck Zez

Il est loin le temps où les deux géants du R.A.P français des 00′ se partageaient les ventes de skuds dans les Fnac ou autre Virgin Megastore. Il est encore plus loin le temps où les aficionados s’opposaient entre Pro-Rohff et Pro-Booba allant jusqu’à se taper dessus comme si le Padre du Rap Game ou Monsieur 92i étaient leur propre père. Non, aujourd’hui les stars s’appellent Jul, Maître Gims et Black M. Le Rap n’est plus une chose sérieuse mais une petite mélodie agréable sur laquelle se trémoussent les beurettes de chichas dans des boites où on achète des litres de Virgin Mojito au prix de la Jack Daniel’s au Queen. Le Rap a changé, son public aussi. Mais pourquoi dans ce marasme artistique, Booba continue de vendre et d’attirer tandis que R.O.H.F.F a de plus en plus de mal à faire parler de lui…

Si une partie du public continue de suivre corps et âme le padre du Rap Game dans ses délires autotunées, c’est que Rohff a toujours représenté un rappeur authentique. Le meilleur argument des fans de Rohff est qu’il n’a jamais joué la comédie dans ses singles. C’est vrai, l’ancien membre de la Mafia K1 Fry est réputé pour avoir le sang chaud. Mais faut-il pour autant avoir passé 4 ans à Fresnes pour devenir rappeur ? Non plus aujourd’hui, si la street crédibilité est toujours indispensable pour un rappeur comme le montre le succès du rappeur Lacrim, certains rappeurs « gentillets », « pas lascars » ont réussi à percer sans que personne n’y trouve un inconvénient. Nekfeu, Sneazy, ou Jul sont autant d’exemple qui montrent que le Rap peut se passer des voyous.

ROHFF : L’authenticité a un prix !

Rohff est sans aucun doute le rappeur le plus authentique du Game à l’heure actuelle. Il n’a jamais rien compris à la communication, à l’autotune, et aux sons ambiancés. Rohff c’est le rappeur typique des années 00′. Ses plus beaux morceaux sans doute ont été écrits à cette époque. Le fameux « regretté »  était conceptuellement et artistiquement parfait. A cette époque, les lyrics de Rohff (et de Kery James en l’occurrence) coulaient comme des larmes sur les joues d’un Rap Game prêt à se métamorphoser. Son Flow n’a rien à voir avec la Trap qui est un art plutôt accessible. Personne ne peut rapper comme Rohff, mais fatalement plus personne ne veut rapper comme lui.

Avec le « Code de l’horreur », Rohff atteint son point de rupture. Le Code de l’horreur n’est pas l’album préféré des fans de Rohff. Mais c’est aussi l’adéquation parfaite entre le Rap de Rohff et l’état du marché. C’est à ce moment précis au moment  de la sortie du Code de l’horreur, que le public du Rap français était le plus prêt à entendre du Rohff. Il fera un carton dans les bacs et à la radio. Cet album de Rohff est loin d’être le meilleur mais c’est celui qui marquera le plus les esprits du Grands publics. Certains sons comme « Paris » ou « La Grande Classe » ont marqué le Rap français. Avec son flow ultra agressif, Rohff a dominé cette fin d’années 00′. C’est finalement l’autotune qui aura raison de lui, lui qui n’a pas voulu évoluer avec le temps.

Oui la fin des années 00′ marquent la généralisation de la Trap Music et des sons ambiancés et ultra autotunés. Dans ce contexte, Rohff n’a pas su évolué. Son flow agressif et ses phases des 90′ n’avaient plus rien à faire dans le Rap de ces dernières années. La Cuenta » et « PDRG » sont les marqueurs de l’effacement progressif de Rohff sur le marché. L’homme a été étouffé par Booba. Ajouté à cela son impulsivité, il aura désormais beaucoup de mal à se faire entendre. Oui, il y a quelques années, Rohff va faire irruption dans une boutique Unkut à Chatelet pour agresser le vendeur. Unkut est la marque de Booba. Cet acte incompréhensible marque le déclin de Rohff.

Finalement, Rohff va même s’essayer au « nouveau style » avec son titre « Du Sale » qui devait sortir sur l’album « Surnaturel ». Cette tentative est ratée, le titre n’est pas vraiment apprécié. Cependant, le dernier album de Rohff, le « Rohff Game » qui est sorti le même jour que celui de Booba « Nero Nemesis » est bien révélateur que le Padre du Rap Game restera éternellement. Plus qu’un album réussi, c’est le testament de l’un des plus gros cadors du Rap des 00′. Avec le « Rohff Game », les puristes retrouvent un peu le Rohff qu’ils aimaient loin de ses « Du Sale » et « Suge Knight » qui font surtout fin de carrière.

Booba : Plus qu’un artiste, un business man !

 Booba est l’artiste de Rap par excellence. C’est l’artiste de Hip Hop qui aura le plus marqué ces deux dernières décennies pas seulement par son talent mais surtout pour sa très grande longévité. Pas besoin d’entrer dans la préhistoire du Rap, pour savoir que Booba est arrivé dans le Rap avec le groupe Lunatic, et il a commencé en solo avec « Temps Mort ». Finalement, le Duc de Boulogne est le véritable témoin de l’évolution du Rap de son époque. A l’époque du Boom Bap, et des samples, Booba a sorti « Temps Mort » avec le titre « Destinée » et « Le Bitume avec une plume », deux grands classiques.

Prés de 10 ans plus tard, Booba est toujours au Top avec un flow  Trap et des lyrics moins engagé. Mais l’heure est la Trap, et le public ne veut entendre que ça. Ses deux derniers albums, « DUC » et « Nero Nemesis » sont des modèles du genre. « DUC » est un exemple de diversité. L’opus comprend du reggaetone, des sons clubs, des sons Trap, du Rap pur et dur. Booba est à l’aise dans tous les domaines. Avec « Nero Nemesis » et excepté le titre « Validée » (titre qui passera sur NRJ), Booba rend un opus ultra sombre. Ne vous détrompez pas, Booba donne toujours au public ce qu’il a envie d’entendre.

La différence entre Rohff et Booba c’est la différence entre le meilleur artiste des 00′ et l’artiste le plus complet de ces deux dernières décennies. Booba n’est pas meilleur que Rohff mais il a été de toutes les évolutions de Rap. Si Rohff a toujours rejeté les marqueurs du Rap de notre temps, Booba les a épousé. Au delà de ça, Booba est le maître de la communication sur les réseaux sociaux tandis que Rohff n’a jamais vraiment réussi à résister aux provocations de Boulbi. Booba et Rohff : 1 – 0. Oui mais l’histoire ne retiendra pas que les chiffres de ventes de ces 5 dernières années, et l’apport du membre de la Mafia K1 Fry a été extraordinaire. Peut être que « les meilleurs s’en vont toujours les premiers ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Votre panier

Votre panier est vide

Chroniques

A l'écoute

Agenda

Pack T-Shirt + Mag + CD


L’équipe de Cosmic Hip Hop – bon en fait, surtout son directeur artistique Zemar – s’est pliée en quatre pour vous faire cette offre impossible à refuser : 1 magazine + 1 sampler + 1 CD + 1 tshirt pour 25€

Booba – Rohff : 1 – 0 ?
janvier 28, 2017 (No Comments) by Blvck Zez

Il est loin le temps où les deux géants du R.A.P français des 00′ se partageaient les ventes de skuds dans les Fnac ou autre Virgin Megastore. Il est encore plus loin le temps où les aficionados s’opposaient entre Pro-Rohff et Pro-Booba allant jusqu’à se taper dessus comme si le Padre du Rap Game ou Monsieur 92i étaient leur propre père. Non, aujourd’hui les stars s’appellent Jul, Maître Gims et Black M. Le Rap n’est plus une chose sérieuse mais une petite mélodie agréable sur laquelle se trémoussent les beurettes de chichas dans des boites où on achète des litres de Virgin Mojito au prix de la Jack Daniel’s au Queen. Le Rap a changé, son public aussi. Mais pourquoi dans ce marasme artistique, Booba continue de vendre et d’attirer tandis que R.O.H.F.F a de plus en plus de mal à faire parler de lui…

Si une partie du public continue de suivre corps et âme le padre du Rap Game dans ses délires autotunées, c’est que Rohff a toujours représenté un rappeur authentique. Le meilleur argument des fans de Rohff est qu’il n’a jamais joué la comédie dans ses singles. C’est vrai, l’ancien membre de la Mafia K1 Fry est réputé pour avoir le sang chaud. Mais faut-il pour autant avoir passé 4 ans à Fresnes pour devenir rappeur ? Non plus aujourd’hui, si la street crédibilité est toujours indispensable pour un rappeur comme le montre le succès du rappeur Lacrim, certains rappeurs « gentillets », « pas lascars » ont réussi à percer sans que personne n’y trouve un inconvénient. Nekfeu, Sneazy, ou Jul sont autant d’exemple qui montrent que le Rap peut se passer des voyous.

ROHFF : L’authenticité a un prix !

Rohff est sans aucun doute le rappeur le plus authentique du Game à l’heure actuelle. Il n’a jamais rien compris à la communication, à l’autotune, et aux sons ambiancés. Rohff c’est le rappeur typique des années 00′. Ses plus beaux morceaux sans doute ont été écrits à cette époque. Le fameux « regretté »  était conceptuellement et artistiquement parfait. A cette époque, les lyrics de Rohff (et de Kery James en l’occurrence) coulaient comme des larmes sur les joues d’un Rap Game prêt à se métamorphoser. Son Flow n’a rien à voir avec la Trap qui est un art plutôt accessible. Personne ne peut rapper comme Rohff, mais fatalement plus personne ne veut rapper comme lui.

Avec le « Code de l’horreur », Rohff atteint son point de rupture. Le Code de l’horreur n’est pas l’album préféré des fans de Rohff. Mais c’est aussi l’adéquation parfaite entre le Rap de Rohff et l’état du marché. C’est à ce moment précis au moment  de la sortie du Code de l’horreur, que le public du Rap français était le plus prêt à entendre du Rohff. Il fera un carton dans les bacs et à la radio. Cet album de Rohff est loin d’être le meilleur mais c’est celui qui marquera le plus les esprits du Grands publics. Certains sons comme « Paris » ou « La Grande Classe » ont marqué le Rap français. Avec son flow ultra agressif, Rohff a dominé cette fin d’années 00′. C’est finalement l’autotune qui aura raison de lui, lui qui n’a pas voulu évoluer avec le temps.

Oui la fin des années 00′ marquent la généralisation de la Trap Music et des sons ambiancés et ultra autotunés. Dans ce contexte, Rohff n’a pas su évolué. Son flow agressif et ses phases des 90′ n’avaient plus rien à faire dans le Rap de ces dernières années. La Cuenta » et « PDRG » sont les marqueurs de l’effacement progressif de Rohff sur le marché. L’homme a été étouffé par Booba. Ajouté à cela son impulsivité, il aura désormais beaucoup de mal à se faire entendre. Oui, il y a quelques années, Rohff va faire irruption dans une boutique Unkut à Chatelet pour agresser le vendeur. Unkut est la marque de Booba. Cet acte incompréhensible marque le déclin de Rohff.

Finalement, Rohff va même s’essayer au « nouveau style » avec son titre « Du Sale » qui devait sortir sur l’album « Surnaturel ». Cette tentative est ratée, le titre n’est pas vraiment apprécié. Cependant, le dernier album de Rohff, le « Rohff Game » qui est sorti le même jour que celui de Booba « Nero Nemesis » est bien révélateur que le Padre du Rap Game restera éternellement. Plus qu’un album réussi, c’est le testament de l’un des plus gros cadors du Rap des 00′. Avec le « Rohff Game », les puristes retrouvent un peu le Rohff qu’ils aimaient loin de ses « Du Sale » et « Suge Knight » qui font surtout fin de carrière.

Booba : Plus qu’un artiste, un business man !

 Booba est l’artiste de Rap par excellence. C’est l’artiste de Hip Hop qui aura le plus marqué ces deux dernières décennies pas seulement par son talent mais surtout pour sa très grande longévité. Pas besoin d’entrer dans la préhistoire du Rap, pour savoir que Booba est arrivé dans le Rap avec le groupe Lunatic, et il a commencé en solo avec « Temps Mort ». Finalement, le Duc de Boulogne est le véritable témoin de l’évolution du Rap de son époque. A l’époque du Boom Bap, et des samples, Booba a sorti « Temps Mort » avec le titre « Destinée » et « Le Bitume avec une plume », deux grands classiques.

Prés de 10 ans plus tard, Booba est toujours au Top avec un flow  Trap et des lyrics moins engagé. Mais l’heure est la Trap, et le public ne veut entendre que ça. Ses deux derniers albums, « DUC » et « Nero Nemesis » sont des modèles du genre. « DUC » est un exemple de diversité. L’opus comprend du reggaetone, des sons clubs, des sons Trap, du Rap pur et dur. Booba est à l’aise dans tous les domaines. Avec « Nero Nemesis » et excepté le titre « Validée » (titre qui passera sur NRJ), Booba rend un opus ultra sombre. Ne vous détrompez pas, Booba donne toujours au public ce qu’il a envie d’entendre.

La différence entre Rohff et Booba c’est la différence entre le meilleur artiste des 00′ et l’artiste le plus complet de ces deux dernières décennies. Booba n’est pas meilleur que Rohff mais il a été de toutes les évolutions de Rap. Si Rohff a toujours rejeté les marqueurs du Rap de notre temps, Booba les a épousé. Au delà de ça, Booba est le maître de la communication sur les réseaux sociaux tandis que Rohff n’a jamais vraiment réussi à résister aux provocations de Boulbi. Booba et Rohff : 1 – 0. Oui mais l’histoire ne retiendra pas que les chiffres de ventes de ces 5 dernières années, et l’apport du membre de la Mafia K1 Fry a été extraordinaire. Peut être que « les meilleurs s’en vont toujours les premiers ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Votre panier

Votre panier est vide

Chroniques

A l'écoute

Agenda

Pack T-Shirt + Mag + CD


L’équipe de Cosmic Hip Hop – bon en fait, surtout son directeur artistique Zemar – s’est pliée en quatre pour vous faire cette offre impossible à refuser : 1 magazine + 1 sampler + 1 CD + 1 tshirt pour 25€