Blu a détruit sa célèbre fresque Berlinoise
décembre 16, 2014 (No Comments) by Blvck Zez

Ce vendredi, le street art berlinois s’est réveillé avec la gueule de bois. Il pleure en effet la disparition d’une de ses fresque emblématique sous la chape d’une étouffante couche de peinture noire. À leur grand étonnement, c’est Blu lui même qui a décidé de détruire son oeuvre de la Cuvrystrasse à Kreuzberg.

Dans la nuit du 11 décembre, deux véhicules étonnamment équipés sont arrivés devant le bâtiment. Deux fossoyeurs dont les passants impuissants ne peuvent que constater la triste besogne : recouvrir entièrement le célèbre graffiti de Blu. Les photos commencent alors à affluer sur le Net, et tout le monde commence à chercher vers qui pointer son doigt. La mairie et les institutions font bien sûr office de coupables naturels, le terrain ayant été récemment vendu à des promoteurs immobiliers.

B4mlqNTIYAIn5H_

Le campement, qui abritait une communauté haute en couleurs, a en effet récemment été démantelé pour faire place à un projet immobilier flambant neuf. Alors que ses habitants avait fait bloc tout l’été pour ne pas voir leur terre d’accueil disparaître, il n’ont rien pu faire  après qu’un incendie s’est déclaré en septembre. Le squat avait alors été évacué, puis rasé. Il ne restait plus qu’à déplacer la fresque de Blu, dernière tâche à la réalisation d’immeubles de luxe. Mais l’artiste ne l’entendait pas vraiment de cette oreille. Au fur et à mesure de la nuit, il apparaissait de plus en plus évident que Blu lui même était en réalité à l’origine de cette triste initiative.

B4nO0raIUAAemzl

Plutôt que de voir son oeuvre délocalisée et vidée de son sens par des pseudos défenseurs du street art, l’artiste a préféré tuer lui même son oeuvre. Signant son geste d’un dernier cri d’indépendance, il a laissé pendant quelques heures un doigt d’honneur géant sur le mur, avant de le recouvrir lui aussi. Histoire de bien faire comprendre une fois pour toutes que le street art est indissociable de son message, qu’il n’est pas possible de n’en prendre que le côté artistique en passant sous silence l’exclusion d’une population d’anonymes qui l’a fait naître. Ne voulant pas voir son art arraché de la réalité dans laquelle il est ancré, Blu a laissé derrière lui un mur de la honte. Un désert stérile et oppressant, voilà ce qu’est devenue « Your City« .

22-810x607

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Votre panier

Votre panier est vide

Actualités

Agenda

A l'écoute

Blu a détruit sa célèbre fresque Berlinoise
décembre 16, 2014 (No Comments) by Blvck Zez

Ce vendredi, le street art berlinois s’est réveillé avec la gueule de bois. Il pleure en effet la disparition d’une de ses fresque emblématique sous la chape d’une étouffante couche de peinture noire. À leur grand étonnement, c’est Blu lui même qui a décidé de détruire son oeuvre de la Cuvrystrasse à Kreuzberg.

Dans la nuit du 11 décembre, deux véhicules étonnamment équipés sont arrivés devant le bâtiment. Deux fossoyeurs dont les passants impuissants ne peuvent que constater la triste besogne : recouvrir entièrement le célèbre graffiti de Blu. Les photos commencent alors à affluer sur le Net, et tout le monde commence à chercher vers qui pointer son doigt. La mairie et les institutions font bien sûr office de coupables naturels, le terrain ayant été récemment vendu à des promoteurs immobiliers.

B4mlqNTIYAIn5H_

Le campement, qui abritait une communauté haute en couleurs, a en effet récemment été démantelé pour faire place à un projet immobilier flambant neuf. Alors que ses habitants avait fait bloc tout l’été pour ne pas voir leur terre d’accueil disparaître, il n’ont rien pu faire  après qu’un incendie s’est déclaré en septembre. Le squat avait alors été évacué, puis rasé. Il ne restait plus qu’à déplacer la fresque de Blu, dernière tâche à la réalisation d’immeubles de luxe. Mais l’artiste ne l’entendait pas vraiment de cette oreille. Au fur et à mesure de la nuit, il apparaissait de plus en plus évident que Blu lui même était en réalité à l’origine de cette triste initiative.

B4nO0raIUAAemzl

Plutôt que de voir son oeuvre délocalisée et vidée de son sens par des pseudos défenseurs du street art, l’artiste a préféré tuer lui même son oeuvre. Signant son geste d’un dernier cri d’indépendance, il a laissé pendant quelques heures un doigt d’honneur géant sur le mur, avant de le recouvrir lui aussi. Histoire de bien faire comprendre une fois pour toutes que le street art est indissociable de son message, qu’il n’est pas possible de n’en prendre que le côté artistique en passant sous silence l’exclusion d’une population d’anonymes qui l’a fait naître. Ne voulant pas voir son art arraché de la réalité dans laquelle il est ancré, Blu a laissé derrière lui un mur de la honte. Un désert stérile et oppressant, voilà ce qu’est devenue « Your City« .

22-810x607

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Votre panier

Votre panier est vide

Actualités

Agenda

A l'écoute