Pand’or, en dehors des normes
septembre 18, 2014 (No Comments) by Alice Papin

La rappeuse Pand’or vient de nous livrer le premier extrait de son nouveau projet « Outsider », avec Give Me Five prod. Ce premier titre a été enregistré au Dojo de la fameuse 75e Session et tous les morceaux sortiront en téléchargement gratuit cet automne. L’occasion pour Cosmic Hip Hop de revenir sur le parcours d’une artiste atypique dans le rap français. 

« Toi tu sers à rien comme toutes les meufs dans le rap français »

Pand’or, de son vrai prénom Camélia, a atteint une certaine notoriété dans le milieu indé du rap français depuis 2010. A l’époque, elle réalise un freestyle pour Radio Campus, et enchaîne ensuite les battles, notamment avec Rap contenders. En 2011, elle se retrouve face à Jazzy Bass. C’est la première fois qu’une fille qui rappe est invitée dans un de ces clashs. Le public est quasi exclusivement masculin.La deuxième punchline de Jazzy Bass est : « Toi tu sers à rien comme toutes les meufs dans le rap français ». Ambiance … Et puis Pand’or oublie ses paroles et trébuche.

Jazzy Bass est tout excusé, car après tout les battles sont faites pour ça : capter l’audience sur scène en faisant mal, alors que les rappeurs sont très proches en coulisses. Seulement, les réactions seront très dures et machistes après la battle. Un petit coup en plus pour la condition de la femme… Le rap français s’acharnerait-il sur ses afficionados féminines ?

L’univers du Hip Hop reste en effet l’un des plus sexistes et on ne compte plus les rappeurs qui rabaissent les femmes dans leurs textes.

Pourtant, ce n’est pas à Pand’or que cela fait peur, et on le comprend vite en écoutant ses textes : des épreuves, elle en a connu d’autre, et sa réputation elle s’en contrefiche. Non, ce que la jeune rappeuse du Val d’Oise veut c’est tout simplement rapper.

La femme est un homme comme les autres

Fini les battles, elle se penche alors sur ses projets solos, avec la sortie en 2013 de son premier EP, « Le Cul Entre Deux 16 », entièrement produit par Flev, avec le soutien de l’équipe de L’Or noir. Ce premier projet physique, de bonne qualité, aborde des sujets personnels : addictions, regard des autres et intégration dans la société, mal de vivre… le tout sur un beat puissant.

Pand’or a sa propre patte, mais sa musique n’a rien de féminine. Elle respecte les codes du rap et ses textes ne sont pas particulièrement engagés pour la cause des femmes.

Juste une fille qui fait du rap donc, et non pas un rap de fille, et c’est justement ça qui permet de banaliser les rappeuses, comme égales aux rappeurs.

A seulement 24 ans, elle nous offre aujourd’hui un nouveau projet, « Outsider », littéralement « celui qui est en dehors ». Pand’or, celle qui est en dehors, non pas du rap français, mais certainement d’une certaine vision gros pectoraux / testostérone du Hip Hop.

Alice Papin

Sweet sign ! 

Mots-clés : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Votre panier

Votre panier est vide

Chroniques

A l'écoute

Agenda

Pack T-Shirt + Mag + CD


L’équipe de Cosmic Hip Hop – bon en fait, surtout son directeur artistique Zemar – s’est pliée en quatre pour vous faire cette offre impossible à refuser : 1 magazine + 1 sampler + 1 CD + 1 tshirt pour 25€

Pand’or, en dehors des normes
septembre 18, 2014 (No Comments) by Alice Papin

La rappeuse Pand’or vient de nous livrer le premier extrait de son nouveau projet « Outsider », avec Give Me Five prod. Ce premier titre a été enregistré au Dojo de la fameuse 75e Session et tous les morceaux sortiront en téléchargement gratuit cet automne. L’occasion pour Cosmic Hip Hop de revenir sur le parcours d’une artiste atypique dans le rap français. 

« Toi tu sers à rien comme toutes les meufs dans le rap français »

Pand’or, de son vrai prénom Camélia, a atteint une certaine notoriété dans le milieu indé du rap français depuis 2010. A l’époque, elle réalise un freestyle pour Radio Campus, et enchaîne ensuite les battles, notamment avec Rap contenders. En 2011, elle se retrouve face à Jazzy Bass. C’est la première fois qu’une fille qui rappe est invitée dans un de ces clashs. Le public est quasi exclusivement masculin.La deuxième punchline de Jazzy Bass est : « Toi tu sers à rien comme toutes les meufs dans le rap français ». Ambiance … Et puis Pand’or oublie ses paroles et trébuche.

Jazzy Bass est tout excusé, car après tout les battles sont faites pour ça : capter l’audience sur scène en faisant mal, alors que les rappeurs sont très proches en coulisses. Seulement, les réactions seront très dures et machistes après la battle. Un petit coup en plus pour la condition de la femme… Le rap français s’acharnerait-il sur ses afficionados féminines ?

L’univers du Hip Hop reste en effet l’un des plus sexistes et on ne compte plus les rappeurs qui rabaissent les femmes dans leurs textes.

Pourtant, ce n’est pas à Pand’or que cela fait peur, et on le comprend vite en écoutant ses textes : des épreuves, elle en a connu d’autre, et sa réputation elle s’en contrefiche. Non, ce que la jeune rappeuse du Val d’Oise veut c’est tout simplement rapper.

La femme est un homme comme les autres

Fini les battles, elle se penche alors sur ses projets solos, avec la sortie en 2013 de son premier EP, « Le Cul Entre Deux 16 », entièrement produit par Flev, avec le soutien de l’équipe de L’Or noir. Ce premier projet physique, de bonne qualité, aborde des sujets personnels : addictions, regard des autres et intégration dans la société, mal de vivre… le tout sur un beat puissant.

Pand’or a sa propre patte, mais sa musique n’a rien de féminine. Elle respecte les codes du rap et ses textes ne sont pas particulièrement engagés pour la cause des femmes.

Juste une fille qui fait du rap donc, et non pas un rap de fille, et c’est justement ça qui permet de banaliser les rappeuses, comme égales aux rappeurs.

A seulement 24 ans, elle nous offre aujourd’hui un nouveau projet, « Outsider », littéralement « celui qui est en dehors ». Pand’or, celle qui est en dehors, non pas du rap français, mais certainement d’une certaine vision gros pectoraux / testostérone du Hip Hop.

Alice Papin

Sweet sign ! 

Mots-clés : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Votre panier

Votre panier est vide

Chroniques

A l'écoute

Agenda

Pack T-Shirt + Mag + CD


L’équipe de Cosmic Hip Hop – bon en fait, surtout son directeur artistique Zemar – s’est pliée en quatre pour vous faire cette offre impossible à refuser : 1 magazine + 1 sampler + 1 CD + 1 tshirt pour 25€