Des proto-graffitis au Montenegro
avril 13, 2015 (One Comment) by Bongo

Une capitale est un bon moyen de se faire une idée de l’état de l’art d’un pays. Ça ne fait pas tout, bien sûr, mais c’est toujours un bon aperçu. Podgorica (on prononce « Podgoriché ») est de ces villes qui semblent suspendues entre tradition et modernité.

Près de la gare des cars, quelques ruelles sinueuses dotées de maisons individuelles sauvent un côté historique. Et rapidement on se retrouve sur de longues avenues rectilignes ceintes de tours d’habitation, qui ne sont pas des plus fraiches. Un peu plus loin, de beaux bâtiments corbuséens côtoient des immeubles très modernes sur de larges boulevards réservés au monde des affaires.

Un embryon de culture graffiti

Dans les tours HLM décrépies du centre-ville, un début de culture graffiti s’empare peu à peu de chaque espace disponible. Bien souvent on est encore proche de la décoration de cour d’école, exécutée au pinceau avec ce qu’il faut de maladresse et de volonté. Comme à l’ère pré-internet, où l’information et l’exemple étranger en matière de street-art étaient rares ; le graffiti au Montenegro est encore embryonnaire. Et ce pourrait bien être sa force.

Quand on est loin de tout, coupé du monde malgré les moyens actuels – qu’il faut encore pouvoir se payer, on est bien obligé d’innover ! Ainsi parmi ces « proto-graffitis » parfois touchant et naïfs, quelques artistes se démarquent et parviennent à captiver notre regard. Comme ailleurs, la spray et le pochoir produisent dans certaines mains des petits miracles de créativité. Et des inscriptions éparses rappellent l’affiliation de certains au mouvement hip-hop.

Une ville en mouvement

Podgorica continue de s’étendre et de se renouveler sur elle-même. Preuve en est cette église improbable, à peine livrée, qui occupe une immense esplanade servant de parking et d’accueil pour les forains. A l’intérieur des dorures recouvrent le moindre centimètre carré du sol au plafond, comme pour prouver, en ces temps de crise, que la foi – et un argent bien placé – aident à surmonter toutes les difficultés.

DSC_0898 DSC_0910 DSC_0911 DSC_0912 DSC_0914 DSC_0921 DSC_0922 DSC_0923 DSC_0928 DSC_0941 DSC_0945 DSC_0959 DSC_0968 DSC_0977 DSC_1022 DSC_1037 DSC_1057

One Response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Votre panier

Votre panier est vide

Chroniques

A l'écoute

Agenda

Pack T-Shirt + Mag + CD


L’équipe de Cosmic Hip Hop – bon en fait, surtout son directeur artistique Zemar – s’est pliée en quatre pour vous faire cette offre impossible à refuser : 1 magazine + 1 sampler + 1 CD + 1 tshirt pour 25€

Des proto-graffitis au Montenegro
avril 13, 2015 (One Comment) by Bongo

Une capitale est un bon moyen de se faire une idée de l’état de l’art d’un pays. Ça ne fait pas tout, bien sûr, mais c’est toujours un bon aperçu. Podgorica (on prononce « Podgoriché ») est de ces villes qui semblent suspendues entre tradition et modernité.

Près de la gare des cars, quelques ruelles sinueuses dotées de maisons individuelles sauvent un côté historique. Et rapidement on se retrouve sur de longues avenues rectilignes ceintes de tours d’habitation, qui ne sont pas des plus fraiches. Un peu plus loin, de beaux bâtiments corbuséens côtoient des immeubles très modernes sur de larges boulevards réservés au monde des affaires.

Un embryon de culture graffiti

Dans les tours HLM décrépies du centre-ville, un début de culture graffiti s’empare peu à peu de chaque espace disponible. Bien souvent on est encore proche de la décoration de cour d’école, exécutée au pinceau avec ce qu’il faut de maladresse et de volonté. Comme à l’ère pré-internet, où l’information et l’exemple étranger en matière de street-art étaient rares ; le graffiti au Montenegro est encore embryonnaire. Et ce pourrait bien être sa force.

Quand on est loin de tout, coupé du monde malgré les moyens actuels – qu’il faut encore pouvoir se payer, on est bien obligé d’innover ! Ainsi parmi ces « proto-graffitis » parfois touchant et naïfs, quelques artistes se démarquent et parviennent à captiver notre regard. Comme ailleurs, la spray et le pochoir produisent dans certaines mains des petits miracles de créativité. Et des inscriptions éparses rappellent l’affiliation de certains au mouvement hip-hop.

Une ville en mouvement

Podgorica continue de s’étendre et de se renouveler sur elle-même. Preuve en est cette église improbable, à peine livrée, qui occupe une immense esplanade servant de parking et d’accueil pour les forains. A l’intérieur des dorures recouvrent le moindre centimètre carré du sol au plafond, comme pour prouver, en ces temps de crise, que la foi – et un argent bien placé – aident à surmonter toutes les difficultés.

DSC_0898 DSC_0910 DSC_0911 DSC_0912 DSC_0914 DSC_0921 DSC_0922 DSC_0923 DSC_0928 DSC_0941 DSC_0945 DSC_0959 DSC_0968 DSC_0977 DSC_1022 DSC_1037 DSC_1057

One Response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Votre panier

Votre panier est vide

Chroniques

A l'écoute

Agenda

Pack T-Shirt + Mag + CD


L’équipe de Cosmic Hip Hop – bon en fait, surtout son directeur artistique Zemar – s’est pliée en quatre pour vous faire cette offre impossible à refuser : 1 magazine + 1 sampler + 1 CD + 1 tshirt pour 25€