J.R : L’irrésistible ascension d’un artiste de Rue…
septembre 8, 2014 (2 Comments) by Blvck Zez
Le hasard fait quelquefois bien les choses… D’après les légendes « urbaines », c’est en croisant par hasard le chemin d’un appareil photo dans le métro parisien que l’artiste va s’intéresser à l’art photographique. En ramassant l’engin, JR va tout simplement embrasser une vie d’activiste et d’artiste. Cette vie d’artiste engagé, elle ne ressemble à aucune autre car l’homme ne se contentera pas de faire figurer l’être et la nature, il donnera vie à ses créations. Cette rencontre va bouleverser sa vie et la nôtre en quelque sorte.

Il serait difficile de présenter l’artiste JR en quelques mots… Il est plus facile d’en dire plus grâce à la présentation de quelques-uns de ces projets. Tout d’abord, JR n’est pas vraiment homme à exposer dans une galerie. Comme il le dit lui-même, il amène son art dans la rue, « car dans la rue il trouvera des gens qui ne vont pas forcément au Musée. » C’est le trait caractéristique de tous « les street » artistes après tout. Et dans le cas de J.R on ne peut pas s’arrêter là.

Tout le monde peut se revendiquer du « Street Art » c’est ce qui fait sa force et sa faiblesse. Mais entre le lycéen turbulent du 3ème arrondissement de Paris qui va repeindre nos murs pour exprimer sa vaine rébellion d’enfant gâté et l’artiste La Mano ou J.R, il y a vraiment un fossé que seule l’illégalité « généralisée », dans laquelle la loi de la cité les place tous trois, peut combler difficilement. Car JR est également adepte des œuvres titanesques.

Entre 2004 et 2006, JR va réaliser le projet « Portrait d’une génération ». Dans le cadre de cette œuvre, il va afficher les portraits géants des habitants de Seine-Saint Denis sur les murs d’une cité. C’est ici que JR révèle l’antagonisme paradigmatique de son œuvre. La Seine Saint Denis est l’un des départements les plus mal côtés de France. La patrie de NTM souffre d’une image désastreuse. Pourtant en regardant les photographies de ces jeunes affichées sur ces murs qui d’ailleurs tombent en lambeaux, on ressent de l’admiration, de la joie. Les « street » spectateurs se demandent s’ils ont à faire à des grands criminels ? Non, c’était une génération sacrifiée sur le bûcher des vanités.

Portrait d'une génération

En 2007, il réalise avec Marco le projet le plus ambitieux de sa jeune carrière. L’artiste va tapisser le mur de séparation en Israël de portraits de palestiniens et d’israéliens. « Face 2 Face » est bien entendu un projet compltement illégal. Mais cette démarche artistique à la limite de la rhétorique politique illustre bien le comportement d’un artiste « qui veut montrer » avant « d’être vu ». Ce projet répond aujourd’hui en écho aux affrontements dans la région car même dans l’illégalité JR a réussi à réunir des ennemis intimes pour une paix de courte durée.

Face to Face

Pendant plusieurs années, JR sera de tous les combats, des favelas de Rio jusqu’aux droits des femmes. Ce n’est qu’en 2014 qu’il recevra une véritable distinction de son pays, lorsqu’il sera invité par les autorités, à rendre le Panthéon aux Français. JR fera entrer 4000 portraits d’anonymes au Panthéon (pendant les travaux).

Le Panthéon

Derrière ce projet burlesque se cache aussi la réussite d’un artiste qui n’a jamais cédé aux sirènes du marketing, rendant Justice au Street Art à une époque où il se prostitue. Si le « Street Art » bas de gamme a fait son entrée chez les collectionneurs perdant au passage sa véritable identité, JR est entré au panthéon. Bien sûr, il est rentré par une porte dérobée, et il en sortira très vite. Mais en attendant, il y est passé !

Mazdak Vafaei – Shalmani

Sweet Sign !

2 Responses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Votre panier

Votre panier est vide

Agenda

A l'écoute

Pack T-Shirt + Mag + CD


L’équipe de Cosmic Hip Hop – bon en fait, surtout son directeur artistique Zemar – s’est pliée en quatre pour vous faire cette offre impossible à refuser : 1 magazine + 1 sampler + 1 CD + 1 tshirt pour 25€

J.R : L’irrésistible ascension d’un artiste de Rue…
septembre 8, 2014 (2 Comments) by Blvck Zez
Le hasard fait quelquefois bien les choses… D’après les légendes « urbaines », c’est en croisant par hasard le chemin d’un appareil photo dans le métro parisien que l’artiste va s’intéresser à l’art photographique. En ramassant l’engin, JR va tout simplement embrasser une vie d’activiste et d’artiste. Cette vie d’artiste engagé, elle ne ressemble à aucune autre car l’homme ne se contentera pas de faire figurer l’être et la nature, il donnera vie à ses créations. Cette rencontre va bouleverser sa vie et la nôtre en quelque sorte.

Il serait difficile de présenter l’artiste JR en quelques mots… Il est plus facile d’en dire plus grâce à la présentation de quelques-uns de ces projets. Tout d’abord, JR n’est pas vraiment homme à exposer dans une galerie. Comme il le dit lui-même, il amène son art dans la rue, « car dans la rue il trouvera des gens qui ne vont pas forcément au Musée. » C’est le trait caractéristique de tous « les street » artistes après tout. Et dans le cas de J.R on ne peut pas s’arrêter là.

Tout le monde peut se revendiquer du « Street Art » c’est ce qui fait sa force et sa faiblesse. Mais entre le lycéen turbulent du 3ème arrondissement de Paris qui va repeindre nos murs pour exprimer sa vaine rébellion d’enfant gâté et l’artiste La Mano ou J.R, il y a vraiment un fossé que seule l’illégalité « généralisée », dans laquelle la loi de la cité les place tous trois, peut combler difficilement. Car JR est également adepte des œuvres titanesques.

Entre 2004 et 2006, JR va réaliser le projet « Portrait d’une génération ». Dans le cadre de cette œuvre, il va afficher les portraits géants des habitants de Seine-Saint Denis sur les murs d’une cité. C’est ici que JR révèle l’antagonisme paradigmatique de son œuvre. La Seine Saint Denis est l’un des départements les plus mal côtés de France. La patrie de NTM souffre d’une image désastreuse. Pourtant en regardant les photographies de ces jeunes affichées sur ces murs qui d’ailleurs tombent en lambeaux, on ressent de l’admiration, de la joie. Les « street » spectateurs se demandent s’ils ont à faire à des grands criminels ? Non, c’était une génération sacrifiée sur le bûcher des vanités.

Portrait d'une génération

En 2007, il réalise avec Marco le projet le plus ambitieux de sa jeune carrière. L’artiste va tapisser le mur de séparation en Israël de portraits de palestiniens et d’israéliens. « Face 2 Face » est bien entendu un projet compltement illégal. Mais cette démarche artistique à la limite de la rhétorique politique illustre bien le comportement d’un artiste « qui veut montrer » avant « d’être vu ». Ce projet répond aujourd’hui en écho aux affrontements dans la région car même dans l’illégalité JR a réussi à réunir des ennemis intimes pour une paix de courte durée.

Face to Face

Pendant plusieurs années, JR sera de tous les combats, des favelas de Rio jusqu’aux droits des femmes. Ce n’est qu’en 2014 qu’il recevra une véritable distinction de son pays, lorsqu’il sera invité par les autorités, à rendre le Panthéon aux Français. JR fera entrer 4000 portraits d’anonymes au Panthéon (pendant les travaux).

Le Panthéon

Derrière ce projet burlesque se cache aussi la réussite d’un artiste qui n’a jamais cédé aux sirènes du marketing, rendant Justice au Street Art à une époque où il se prostitue. Si le « Street Art » bas de gamme a fait son entrée chez les collectionneurs perdant au passage sa véritable identité, JR est entré au panthéon. Bien sûr, il est rentré par une porte dérobée, et il en sortira très vite. Mais en attendant, il y est passé !

Mazdak Vafaei – Shalmani

Sweet Sign !

2 Responses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Votre panier

Votre panier est vide

Agenda

A l'écoute

Pack T-Shirt + Mag + CD


L’équipe de Cosmic Hip Hop – bon en fait, surtout son directeur artistique Zemar – s’est pliée en quatre pour vous faire cette offre impossible à refuser : 1 magazine + 1 sampler + 1 CD + 1 tshirt pour 25€