New York So Hip Hop
avril 30, 2014 (One Comment) by Bongo

Après quelques jours à l’avoir pratiquée, on commence à être à l’aise avec la ville. On fait son footing autour du bloc et on se prend pour un vrai hipster. On se repère dans le métro aussi bien qu’à Paris et Time Square n’a pas plus de mystère pour nous que Châtelet. Il est temps de passer la seconde.

On se retrouve tous dans une radio pour une session spéciale So Fresh So Hip Hop, le festival qui nous fait venir, organisé par Greysquare et Call 911. La radio s’appelle GID, pour Get It Done, et il fallait qu’on le fasse. DJ J Hart est aux platines, notre Français installé à New York depuis peu. On aura l’occasion de le recroiser plusieurs fois, et de recueillir son sentiment d’expatrié. Pour l’heure le studio est bondé, avec notre équipe qui rejoint Shabaam Sahdeeq et Skyblew. Au point que l’animateur préfère organiser le freestyle en début d’émission pour pouvoir retrouver ensuite un peu d’air…

La suite c’est un second passage au Take Over studio pour l’enregistrement d’un morceau. Toujours sur une instru de Yeti, avec cette fois Skyblew comme invité, et un thème : « Je ne m’excuserai pas ». Impressionnant de voir l’américain écrire son texte sur son smartphone, puis reposer celui-ci, entrer dans la cabine et en sortir à peine cinq minutes plus tard, le travail effectué. On se dit qu’on a encore du chemin à faire avant de pouvoir en arriver là ! Si on ne joue pas dans la même catégorie, on apprend beaucoup au contact de ces véritables professionnels.

On retrouvera les mêmes, ainsi que Respect Tha God et Venoumous 2000 pour le concert final au SOB’s. Les Français se défendent bien et on découvre aussi I Am Many, un grand malade au rap énergique et très technique. La tête d’affiche est Sean Price et le public, malgré les nombreuses premières parties, ne dégrossit pas jusqu’à la fin. Rencontré auparavant dans les coulisses pour une interview, HD nous réserve aussi une bonne surprise. Cet enfant de vingt ans affiche décontraction et simplicité, aussi bien sur scène que dans la vie. Et un flow à rendre jaloux la plupart de ses grands frères. On ne manque pas non plus le passage de l’écurie CJM, Creative Juices Music, le label de l’ami IDE, lui aussi exemple de sympathie.

Quelques chanceux passeront leur dernière soirée au Blue Note, la salle de concert mythique, où l’on découvre un Français – et oui encore un – répondant au nom de Scott Tixier. Son violon survolté emmène un quartet de jazz (avec contrebasse, piano et batterie) assez plaisant, dans cette ambiance classe et tamisée. Enfin les plus courageux se lèveront dimanche matin, avant de reprendre l’avion, pour assister à une messe gospel. Dans cette église, la Brooklyn Tabernacle, qui ressemble plus à un théâtre, l’office est un véritable show à l’américaine. Et avec les paroles qui défilent sur écran, façon karaoké, même les non pratiquants ne peuvent que se joindre au choeur composé d’une centaine de personnes. Mémorable.

Mots-clés : ,

One Response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Votre panier

Votre panier est vide

Actualités

A l'écoute

Agenda

New York So Hip Hop
avril 30, 2014 (One Comment) by Bongo

Après quelques jours à l’avoir pratiquée, on commence à être à l’aise avec la ville. On fait son footing autour du bloc et on se prend pour un vrai hipster. On se repère dans le métro aussi bien qu’à Paris et Time Square n’a pas plus de mystère pour nous que Châtelet. Il est temps de passer la seconde.

On se retrouve tous dans une radio pour une session spéciale So Fresh So Hip Hop, le festival qui nous fait venir, organisé par Greysquare et Call 911. La radio s’appelle GID, pour Get It Done, et il fallait qu’on le fasse. DJ J Hart est aux platines, notre Français installé à New York depuis peu. On aura l’occasion de le recroiser plusieurs fois, et de recueillir son sentiment d’expatrié. Pour l’heure le studio est bondé, avec notre équipe qui rejoint Shabaam Sahdeeq et Skyblew. Au point que l’animateur préfère organiser le freestyle en début d’émission pour pouvoir retrouver ensuite un peu d’air…

La suite c’est un second passage au Take Over studio pour l’enregistrement d’un morceau. Toujours sur une instru de Yeti, avec cette fois Skyblew comme invité, et un thème : « Je ne m’excuserai pas ». Impressionnant de voir l’américain écrire son texte sur son smartphone, puis reposer celui-ci, entrer dans la cabine et en sortir à peine cinq minutes plus tard, le travail effectué. On se dit qu’on a encore du chemin à faire avant de pouvoir en arriver là ! Si on ne joue pas dans la même catégorie, on apprend beaucoup au contact de ces véritables professionnels.

On retrouvera les mêmes, ainsi que Respect Tha God et Venoumous 2000 pour le concert final au SOB’s. Les Français se défendent bien et on découvre aussi I Am Many, un grand malade au rap énergique et très technique. La tête d’affiche est Sean Price et le public, malgré les nombreuses premières parties, ne dégrossit pas jusqu’à la fin. Rencontré auparavant dans les coulisses pour une interview, HD nous réserve aussi une bonne surprise. Cet enfant de vingt ans affiche décontraction et simplicité, aussi bien sur scène que dans la vie. Et un flow à rendre jaloux la plupart de ses grands frères. On ne manque pas non plus le passage de l’écurie CJM, Creative Juices Music, le label de l’ami IDE, lui aussi exemple de sympathie.

Quelques chanceux passeront leur dernière soirée au Blue Note, la salle de concert mythique, où l’on découvre un Français – et oui encore un – répondant au nom de Scott Tixier. Son violon survolté emmène un quartet de jazz (avec contrebasse, piano et batterie) assez plaisant, dans cette ambiance classe et tamisée. Enfin les plus courageux se lèveront dimanche matin, avant de reprendre l’avion, pour assister à une messe gospel. Dans cette église, la Brooklyn Tabernacle, qui ressemble plus à un théâtre, l’office est un véritable show à l’américaine. Et avec les paroles qui défilent sur écran, façon karaoké, même les non pratiquants ne peuvent que se joindre au choeur composé d’une centaine de personnes. Mémorable.

Mots-clés : ,

One Response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Votre panier

Votre panier est vide

Actualités

A l'écoute

Agenda