Priyèr’ Sï Priyèr’ : de l’ardeur du travailleur plongé dans sa nuit intérieure
mai 12, 2016 (One Comment) by Bongo

IMG_6494

La halle du Séchoir était on ne peut plus appropriée pour un spectacle qui parle entre autre de l’ardeur au travail. En sera-t-il autant pour les prochaines représentations les 14 et 17 juin à la Salle Gramoun Lélé à Saint-Benoit (La Réunion) ?

La scène est sombre. On devine des personnages, travailleurs de l’ombre. Tandis que quelques sons épars évoquent le réveil, la première agitation du matin, les lueurs de l’aube viennent éclairer le champs de bataille : celui de l’ouvrier spécialisé, travailleur acharné qui n’a d’autre échappatoire que l’ardeur qu’il y met.

Dans cet univers hostile, ses seuls appuis sont ses frères, qui partagent la même galère, et lui sont donc solidaires. Mais au fond de lui-même, dans cette immense fourmilière dont on ne devine qu’une partie, le travailleur – grain de sable capable d’enrayer le mécanisme à tout instant – sait qu’il ne doit compter que sur lui-même.

Dans cet univers qui le dépasse mais dont le fragile équilibre dépend en partie de lui, ses partenaires sont tout à la fois une partie du rouage et ses plus fidèles ennemis. Et le temps qui passe, la lumière qui l’aveugle, lui qui s’était habitué à la pénombre, l’eau qui coule sur son dos comme autrefois le fouet qui lacère la peau, polit ses angles certes mais n’enlève rien à la dureté du galet.

Un spectacle violent ?

Et la violence est partout présente, presque évidente comme la nature elle-même.

Ce spectacle monté par la compagnie réunionnaise Soul City et présenté au Séchoir en avril 2016 a de quoi faire réfléchir. Pour qui n’est pas familier des battles hip-hop, où entraide et affrontement vont de pair, cette violence peut surprendre.

Sur une musique industrielle électronique signée Labelle – artiste réunionnais lui aussi, les danseurs n’exécutent d’ailleurs que peu de mouvements propres au breakdance ou aux autres branches de la danse hip-hop, inscrivant ce spectacle aussi bien dans cette discipline que dans celle de la danse contemporaine ; les deux s’étant d’ailleurs toujours nourries l’une de l’autre.

Et comme le ciel est bien souvent le seul endroit où l’homme se tourne quand il cherche un appui, avant de souffler l’ultime bougie qui le replonge dans sa nuit intérieure, et retrouver pour quelques heures le repos de l’oreiller, ces hommes-là donc, lui adressent encore Priyèr’ Sï Priyèr’.

Laurent Perrin

Créé en 1996, Soul City est l’un des plus ancien crew de danse hip hop à la Réunion. Le collectif devient officiellement compagnie de danse en 2008. Son chorégraphe actuel est Didier Boutiana.

https://www.facebook.com/SoulCityCompanyReunion/

Prochaine représentation :

Salle Gramoun Lélé
mardi 14 juin 14h (spéciale)
vendredi 17 juin 20h
Tarifs : 4 à 13 € – Dès 10 ans – durée : 50 mn

crédit photo © Cyril Plomteux

One Response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Votre panier

Votre panier est vide

Chroniques

A l'écoute

Agenda

Pack T-Shirt + Mag + CD


L’équipe de Cosmic Hip Hop – bon en fait, surtout son directeur artistique Zemar – s’est pliée en quatre pour vous faire cette offre impossible à refuser : 1 magazine + 1 sampler + 1 CD + 1 tshirt pour 25€

Priyèr’ Sï Priyèr’ : de l’ardeur du travailleur plongé dans sa nuit intérieure
mai 12, 2016 (One Comment) by Bongo

IMG_6494

La halle du Séchoir était on ne peut plus appropriée pour un spectacle qui parle entre autre de l’ardeur au travail. En sera-t-il autant pour les prochaines représentations les 14 et 17 juin à la Salle Gramoun Lélé à Saint-Benoit (La Réunion) ?

La scène est sombre. On devine des personnages, travailleurs de l’ombre. Tandis que quelques sons épars évoquent le réveil, la première agitation du matin, les lueurs de l’aube viennent éclairer le champs de bataille : celui de l’ouvrier spécialisé, travailleur acharné qui n’a d’autre échappatoire que l’ardeur qu’il y met.

Dans cet univers hostile, ses seuls appuis sont ses frères, qui partagent la même galère, et lui sont donc solidaires. Mais au fond de lui-même, dans cette immense fourmilière dont on ne devine qu’une partie, le travailleur – grain de sable capable d’enrayer le mécanisme à tout instant – sait qu’il ne doit compter que sur lui-même.

Dans cet univers qui le dépasse mais dont le fragile équilibre dépend en partie de lui, ses partenaires sont tout à la fois une partie du rouage et ses plus fidèles ennemis. Et le temps qui passe, la lumière qui l’aveugle, lui qui s’était habitué à la pénombre, l’eau qui coule sur son dos comme autrefois le fouet qui lacère la peau, polit ses angles certes mais n’enlève rien à la dureté du galet.

Un spectacle violent ?

Et la violence est partout présente, presque évidente comme la nature elle-même.

Ce spectacle monté par la compagnie réunionnaise Soul City et présenté au Séchoir en avril 2016 a de quoi faire réfléchir. Pour qui n’est pas familier des battles hip-hop, où entraide et affrontement vont de pair, cette violence peut surprendre.

Sur une musique industrielle électronique signée Labelle – artiste réunionnais lui aussi, les danseurs n’exécutent d’ailleurs que peu de mouvements propres au breakdance ou aux autres branches de la danse hip-hop, inscrivant ce spectacle aussi bien dans cette discipline que dans celle de la danse contemporaine ; les deux s’étant d’ailleurs toujours nourries l’une de l’autre.

Et comme le ciel est bien souvent le seul endroit où l’homme se tourne quand il cherche un appui, avant de souffler l’ultime bougie qui le replonge dans sa nuit intérieure, et retrouver pour quelques heures le repos de l’oreiller, ces hommes-là donc, lui adressent encore Priyèr’ Sï Priyèr’.

Laurent Perrin

Créé en 1996, Soul City est l’un des plus ancien crew de danse hip hop à la Réunion. Le collectif devient officiellement compagnie de danse en 2008. Son chorégraphe actuel est Didier Boutiana.

https://www.facebook.com/SoulCityCompanyReunion/

Prochaine représentation :

Salle Gramoun Lélé
mardi 14 juin 14h (spéciale)
vendredi 17 juin 20h
Tarifs : 4 à 13 € – Dès 10 ans – durée : 50 mn

crédit photo © Cyril Plomteux

One Response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Votre panier

Votre panier est vide

Chroniques

A l'écoute

Agenda

Pack T-Shirt + Mag + CD


L’équipe de Cosmic Hip Hop – bon en fait, surtout son directeur artistique Zemar – s’est pliée en quatre pour vous faire cette offre impossible à refuser : 1 magazine + 1 sampler + 1 CD + 1 tshirt pour 25€