Scred Connexion – Du Mal A S’Confier
mars 20, 2002 (No Comments) by Equi

Scred Connexion – Du Mal A S'ConfierAnnoncé depuis la sortie du collector Scred Sélection en été 2000, j’attendais cet album avec impatience. Le départ de l’impertinent pour le pays des caribous aura encore repoussé l’échéance, et c’est finalement en ce mois de février que les quatre gars « jamais dans la tendance… » reprennent du service. Ce premier extrait (#13) de l’album a fait peur à plus d’une personne, mais remettons les pendules à l’heure – malgré quelques maladresses – la Scred Connexion est toujours « dans la bonne direction »…

Pour s’en convaincre, il suffit d’écouter l’introduction qui nous (re)présente Mokless, Haroun, Koma et Morad. Le débit des deux premiers a un peu changé, la technique des quatre rappeurs s’est affinée depuis leurs dernières prestations, mais je dois dire que la progression de Mokless et Morad fait mal en comparaison des deux autres qui auraient plutôt eu tendance à s’endormir sur leurs lauriers ? Au niveau des thèmes, les préoccupations générales (l’immigration, l’état de la justice, l’argent) côtoient des sujets plus personnels comme leur mal à communiquer, leur dégoût de la mauvaise musique. La thématique ne brille par son originalité, parfois même on ne voit pas trop où ils veulent en venir – me vient à l’esprit le solo de Koma (« Dernier recours »), pas trop frais dans sa description de la « violence de la rue ».

Malgré ça, l’écriture est mise en valeur par des compositions réussies, où le nombre de producteurs contribue à donner de l’ampleur au disque plutôt que de le perdre dans une bouillie sonore indigeste. Cette variété se retrouve aussi dans les combinaisons qui réunissent les membres du groupe au micro. Solo, duos et évidement au complet, le quatuor fonctionne bien. J’aurais quand même du mal à sortir LA perle du disque, l’ensemble étant bon, mais pas transcendant non plus. Dommage aussi qu’on ait l’impression que Fabe ait disparu dans un trou noir, pas un sample, pas une phase scratchée… Pas d’autres featurings non plus, si ce n’est quelques potes du quartier qui viennent poser sur le morceau qui clôt l’album.

Après tant de petites ogives lâchées ça et là, les attentes étaient grandes quant à ce LP. La Scred s’en sort plutôt bien, et si l’album ne sort pas des sentiers battus, c’est sans problème une des sorties intéressantes de ce début d’année…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Votre panier

Votre panier est vide

Actualités

A l'écoute

Agenda

Scred Connexion – Du Mal A S’Confier
mars 20, 2002 (No Comments) by Equi

Scred Connexion – Du Mal A S'ConfierAnnoncé depuis la sortie du collector Scred Sélection en été 2000, j’attendais cet album avec impatience. Le départ de l’impertinent pour le pays des caribous aura encore repoussé l’échéance, et c’est finalement en ce mois de février que les quatre gars « jamais dans la tendance… » reprennent du service. Ce premier extrait (#13) de l’album a fait peur à plus d’une personne, mais remettons les pendules à l’heure – malgré quelques maladresses – la Scred Connexion est toujours « dans la bonne direction »…

Pour s’en convaincre, il suffit d’écouter l’introduction qui nous (re)présente Mokless, Haroun, Koma et Morad. Le débit des deux premiers a un peu changé, la technique des quatre rappeurs s’est affinée depuis leurs dernières prestations, mais je dois dire que la progression de Mokless et Morad fait mal en comparaison des deux autres qui auraient plutôt eu tendance à s’endormir sur leurs lauriers ? Au niveau des thèmes, les préoccupations générales (l’immigration, l’état de la justice, l’argent) côtoient des sujets plus personnels comme leur mal à communiquer, leur dégoût de la mauvaise musique. La thématique ne brille par son originalité, parfois même on ne voit pas trop où ils veulent en venir – me vient à l’esprit le solo de Koma (« Dernier recours »), pas trop frais dans sa description de la « violence de la rue ».

Malgré ça, l’écriture est mise en valeur par des compositions réussies, où le nombre de producteurs contribue à donner de l’ampleur au disque plutôt que de le perdre dans une bouillie sonore indigeste. Cette variété se retrouve aussi dans les combinaisons qui réunissent les membres du groupe au micro. Solo, duos et évidement au complet, le quatuor fonctionne bien. J’aurais quand même du mal à sortir LA perle du disque, l’ensemble étant bon, mais pas transcendant non plus. Dommage aussi qu’on ait l’impression que Fabe ait disparu dans un trou noir, pas un sample, pas une phase scratchée… Pas d’autres featurings non plus, si ce n’est quelques potes du quartier qui viennent poser sur le morceau qui clôt l’album.

Après tant de petites ogives lâchées ça et là, les attentes étaient grandes quant à ce LP. La Scred s’en sort plutôt bien, et si l’album ne sort pas des sentiers battus, c’est sans problème une des sorties intéressantes de ce début d’année…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Votre panier

Votre panier est vide

Actualités

A l'écoute

Agenda